Au fond : qu’est-ce que la mode éthique ?

Mode responsable, mode durable, mode éco-friendly, slow fashion, mode éthique… Bref : appelez ça comme vous voudrez : on entend de plus en plus ces termes fleurir sur les réseaux. Mais que signifient-ils vraiment ? Pour faire simple, c’est la mode opposée à la fast-fashion : contrairement à la mode rapide et jetable, elle revêt de nombreuses dimensions. Zoom sur chacune d’entre elles pour vous inspirer à élargir vos horizons !

Source : Pinterest

La mode éco-responsable, c’est avant tout une production plus clean.

Des matières bien plus saines

Commençons par la base : les matières premières. Je pense qu’on s’entend tou.s.tes à dire que la fast-fashion, franchement, côté matières, y’a mieux. C’est majoritairement du synthétique, c’est-à-dire tout un dérivé de pétrole, ou du coton non biologique (qui vous évoque douceur et peau de bébé alors qu’il sème de vrais dégâts derrière lui) : bof bof.

La mode durable propose à l’inverse des fibres bien plus quali. Les matières naturelles sont labellisées (coton biologique, lyocell, chanvre, lin…), ce qui signifie que leur culture n’a pas rassemblé d’OGM et de pesticides, ou relâché de produits dangereux dans l’environnement. Ce sont aussi des fibres recyclées, bref :  les conditions de production y sont mille fois mieux que chez la voisine, car elles demandent moins d’eau, moins d’énergie, et moins de produits dont la formule s’allonge plus que la liste de votre ancien shampoing. Le must, c’est quand ces fibres sont issues de sources renouvelables (comme l’EVO qu’on utilise dans nos ensembles Je ne sais quoi !) donc qui durent. D’où l’appellation “mode durable”, héhé. Encore mieux : les compositions sont pensées pour être recyclées, et recyclables (presque) à l’infini… La boucle est bouclée.  

C’est aussi, et surtout, une mode soucieuse de la condition animale. Poils, peaux, fourrures, secrétions, nos chers amis les animaux souffrent aussi de cette exploitation insensée. Le véganisme ne concerne donc pas que nos assiettes : certaines marques bannissent les fibres d’origine animale de leurs collections. D’autres les maintiennent, en échange de transparence totale sur les conditions d’élevage (labels, élevage local…).

Une production à moins de 17h de vol et trois escales +6h de jetlag 

La mode responsable, c’est aussi une production rapprochée. Car qui dit proche dit que le vêtement parcourt moins de kilomètres avant de finir dans notre dressing ! Et qui dit lointain, dit avion, ou bateau, dit pas cool pour la planète.

Pour savoir d’où viennent vos vêtements, c’est simple : la plupart du temps, c’est marqué sur l’étiquette. Attention au Greenwashing qu’on voit apparaître de plus en plus “Créé à Paris” ne signifie pas “Fabriqué à Paris”... Pensez à checker les sites Internet des marques où vous faites votre shopping, de plus en plus de marques indiquent désormais où sont produits leurs vêtements. Et si ce n’est pas indiqué, c’est encore plus facile de faire son choix : ça signifie que la marque n’est pas transparente, et donc tout sauf responsable !

Un rythme moins intense que les champions du fast-food de la fringue 

La mode durable, c’est surtout une production raisonnée. Ben oui, exit les 20, 40 ou 50 collections par an (en même temps, franchement, est-ce que c’est vraiment utile ?). Retour aux traditionnelles saisons : printemps/été, automne/hiver. On s’affranchit un peu des tendances pour proposer des modèles plus classiques, plus intemporels, et donc plus durables. Côté quantités, on assure le minimum, quitte à produire sur commande, pour éviter le gâchis et les stocks d’invendus. Malin, non ? D’où le terme “slow” : on prend le temps, on ralentit la production, on produit moins, mais mieux. Alors oui, ça demande que les client.es soient plus patient.es, mais franchement, on croit en vous 😉

Source : @makemyclothesgreatagain

Un respect humain (ça paraît évident… mais pas pour la fast-fashion, apparemment)

La mode éthique, comme son nom l’indique, se veut éthique vis-à-vis de l’Homme qui cultive la matière et fabrique le vêtement : elle se soucie du bien-être des travailleurs (en majorité des femmes), du respect de leurs droits fondamentaux, de leur juste rémunération et de leur temps de travail. Comment savoir si les personnes qui ont fabriqué les vêtements que l’on porte ont été bien traité ? Le premier indicateur, c’est le prix de votre vêtement. S’il coûte moins de 15€… Vous payez moins cher, et ce sont les travailleurs qui en paient le prix à votre place, en étant sous-payés. Cela dit, le prix du vêtement n’est pas le seul indicateur du respect des conditions de travail : certaines marques de luxe accessibles produisent dans les mêmes usines que des marques de fast-fashion. Pour cela, pensez à vérifier où est-ce qu’ils produisent leurs vêtements - en Asie, les travailleurs sont très souvent exploités, notamment au Bangladesh ou en Chine - et si des labels sont précisés sur le site (le label Fair Wear notamment, qui garantit des conditions de travail respectueuses).

La mode responsable, c’est aussi une nouvelle manière de consommer le vêtement : plus créative, et réfléchie.

Acheter plus responsable, c’est aussi changer son rapport à la mode : c’est sortir du schéma de la surconsommation et de l’immédiateté. Oui, je sais, c’est tentant quand on voit un nouveau haul sur YouTube de commander tous les vêtements présentés dans la vidéo, mais commence par te demander : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que c’est vraiment mon style ? Est-ce que je serai fière de porter ce vêtement, des conditions dans lesquelles il a été fabriqué ?

Consommer responsable, c’est aussi se challenger à contribuer à l’économie circulaire : que ce soit en vendant ou donnant des anciens vêtements plutôt que de les jeter, et en allant regarder du côté des fripes en ligne ou en boutique si on ne trouve pas des pépites vintage.

De plus en plus de tutos fleurissent aussi sur YouTube ou sur TikTok pour se lancer dans l’upcycling : ça permet de revaloriser les vêtements abîmés, pour en faire des pièces uniques et tendances tout en nourrissant sa créativité.

Vous louez des appartements en vacances ou pour le week-end, mais est-ce que vous avez pensé à louer vos vêtements ? La mode responsable, c’est aussi celle qui pense à t’éviter les situations où t’achètes cette robe pour un mariage mais que tu ne porteras plus jamais parce qu’on t’a déjà vue une fois dedans, et que deux, c’est définitivement trop (enfin, selon Le Diable s’habille en Prada…).

Bref : qualitative, tant au niveau des matières que de la production, artisanale, raisonnée, sur-mesure, zéro déchet, recyclée, customisée,... Vous voilà rodé.e.s sur les différents aspects de la mode responsable !

Si vous voulez enregistrer les 7 piliers de la mode responsable sur votre téléphone, pour créer un petit album dans votre dossier photos que vous pouvez consulter quand vous voulez, ça se passe juste ici sur la story permanente “MODE 🌍”

Article co-écrit par Mathilde Lepage @makemyclothesgreatagain et Louise Aubery @mybetterself